Orostachys japonica

Plante grasse Frontignan
retour
Nom + référence: Orostachys japonica; (Maximowicz) A.Berger, 1930
Synonyme(s) + référence(s): Cotyledon japonica  Maximowicz (1883); Sedum malacophyllum var. japonicum (Maximowicz) Fröderström (1931); Orostachys erubescens var. japonica  (Maximowicz) Ohwi (1953); Sedum erubescens var. japonicum  (Maximowicz) Ohwi (1965); Cotyledon polycephala  Makino (1910); Sedum polycephalum  (Makino) Makino (1927); Orostachys polycephala  (Makino) H.Hara (1935); Orostachys erubescens var. polycephala  (Makino) Ohwi (1953); Sedum erubescens var. polycephalum (Makino) Ohwi (1965); Orostachys japonica fa polycephala  (Makino) H.Ohba (1981); Sedum japonicola Makino (1927); Orostachys latielliptica  Y.N.Lee (2000); Orostachys margaritifolia  Y.N.Lee (2000)
Origine: Japon (nord), Russie (nord est) , Chine (Anhui; Heilongjiang; Jiangsu; Shandong; Zhejiang), Corée du Nord
Famille: Crassulaceae
Description: Orostachys japonica est une plante résistante au gel et à la neige qui peut être cultivée en exterieur dans des pots où il pourra developper ses nombreux rejets, ou en rocaille. Elle est utilisée en Asie, en médecine traditionelle. Sa culture est la même que celle des Sempervivum. Elle est originaire de régions très très froides.
Feuille: verte (pouvant tirer sur le rougeatreou brunatre), étroite, longue, charnue, terminée par une petite pointe; elle forme une rosette d'une dizaine de centimètres.
Tige: basse peu visible, masquée par les nombreux rejets. Elle est blanche en été et rouge en hiver.
Fleurs / hampe: blanches puis roses sur une hampe simple de 25 cm.
Croissance: rapide au printemps, été, automne. Plus lente en hiver
Racines: fines, moyennes: Orostachys japonica peut être cultivé en pot moyen (10 cm et plus), mais il vaut mieux prévoir une vasque où il peut étaler ses rejets. Elle est très bien adaptée aux rocailles
Exposition: plein soleil (éviter une trop longue exposition en été sur la côte méditerraneenne en été); mi-soleil; mi-ombre
Résistance au froid: Excellente (-30°C) voire plus bas
Résistance à la chaleur: très bonne
Arrosage: modéré (ne pas arroser tant que les feuilles ne sont pas molles en été
Méthode de reproduction: semis ou bouturage de rejets.
Parasite(s) possible(s): non observé
Substrat: 3/4 terreau + 1/4 terre végétale + amendement organique. Ses besoins ne sont pas très importants.
Orostachys japonica
Formation de la hampe florale de Orostachys japonica
Orostachys japonica
Hampe florale de Orostachys japonica: elle mesure une bonne vingtaine de centimètres. Les premiers rejets commencent à se former à sa base.
Orostachys japonica
Bourgeons de fleur et bractées d'Orostachys japonica
Orostachys japonica
Fleurs d'Orostachys japonica: les étamines sont plus longues que les pétales, les anthères (qui renferment le pollen) sont couleur rougeatre.
Orostachys japonica
Fleur d'Orostachys japonica en hiver:
Orostachys japonica
Les rejets d'Orostachys japonica forment vite des rejets qui forment d'autres rejets, etc... Et le pot est vite rempli! On aperçit la hampe florale qui est en train de se former sur la plus grosse rosette.
Orostachys japonica